Editorial -

Géante Rouge 27

Géante Rouge 27

L’AUTOMNE, c’est la saison des vendanges et donc du raisin, des pommes, des poires, bref des fruits à pépins. Cela ne nous empêche pas bien sûr d’apprécier aussi les noix, les châtaignes et même les clémentines qui pourtant n’en ont pas, des pépins. D’ailleurs, des pépins il n’en manque pas dans ce premier cahier puisqu’on y trouve tous les finalistes du prix Pépin 2019. Mais voilà : de cahier il n’y en a pas vraiment, du moins pas au sens où vous aviez commencé à vous y habituer depuis deux ans. Disons que techniquement cela posait un peu trop de problèmes à notre nouvel imprimeur, et comme en échange il nous permet d’accéder à la couleur eh bien il y a encore quatre parties, avec pour chacune un rédacteur ou une rédactrice en chef mais en un seul volume relié.

Ludivine Picot, dont on vous aviez pu lire en début d’année 2019 le dossier « zombies et SF » dans Galaxies s’est essayé au format à l’italienne, accueillant quelques-unes des nouvelles récompensées par une mention au prix le Bussy, et aussi les articles et les textes des nouveaux auteurs qu’elle nous fait ainsi connaître. Nous avions également eu la chance au début de l’année 2018 de découvrir un autre numéro de Galaxies, dirigé celui-là par Yann Quero autour du thème hélas brûlant de l’environnement. Le même revient donc dans Géante rouge pour orchestrer de main de maître ses quarante-huit pages, avec toujours ces mêmes préoccupations, mais cette fois une volonté d’utopies positives…

Et puis pour terminer, le cahier théâtre, avec les trois pièces arrivées en tête du prix Aristophane. Il semble d’ailleurs que celui-ci, comme le montre Ugo Bellagamba, son président, commence à s’ancrer dans la culture SF. Ceux qui étaient présents à la convention de L’Isle-sur-la-Sorgue ont pu apprécier la lecture publique qui a été faite du texte arrivé cette année en première position. Nous renouvellerons cette initiative. Enfin, comme l’an dernier, Géante rouge hors-série viendra clôturer l’année, rassemblant onze autres nouvelles finalistes du prix de Bussy et quatre pièces du prix Aristophane. Il sera disponible sous forme électronique sur le site Club Galaxies.

Une belle manière de terminer l’année, donc pour tout ceux qui, nous l’espérons, prennent autant de plaisir à nous lire que nous en prenons à préparer la revue.

Hugo van Gaert

Sommaire