Editorial -

Géante Rouge 16 & 17

Géante Rouge 16 & 17

Il y a sous cette couverture l’alchimie de toute une convergence, en route depuis une décennie. Quand, avec Lucie Chenu, nous avons décidé de donner corps et support matériel à cet ensemble de douze nouvelles, il n’était pas encore question de les introduire dans la série des Géante Rouge, et nous pensions plutôt à l’aventure du PUAT, un collectif d’écriture sur lequel Lucie, dans les pages qui suivent, vous en dira plus. Rappelons simplement que le PUAT est né au tournant des années 90, et que l’acronyme vient du premier des thèmes traités : Pour Une Autre Terre, manière d’hommage à Van Vogt. Les textes ici rassemblés viennent du troisième PUAT : Pour Un Autre Temps, que nous avons décidé de nommer simplement : « autre temps ». Deuxième fil d’Ariane, Géante rouge, ce fanzine créé pour préparer la Convention nationale française de Science-fiction de 2006 et dont Lucie fut la première invitée. Géante rouge, depuis le départ de son premier Rédac’Chef pour d’autres pages, celles de Galaxies, prenait son temps, ses aises, et il fallait réveiller la Princesse… Et pour cela, ces textes sont bien adapté. Ils constituent le résultat d’une expérience. Peu d’entre eux, sans doute, auraient franchi aujourd’hui le barrage de l’œil critique des deux personnes qui les présentent rassemblés, mais ils ont permis à chacun de leurs auteurs de se frotter aux autres, et c’est aussi ce pourquoi vous y reconnaîtrez l’un ou l’autre nom…

Géante Rouge

Et puis, dernier ingrédient pour donner un bel écrin à ces productions, l’imprimeur, qui est aussi celui de Galaxies… Voici donc devant vous le résultat de cette réunion : Géante Rouge numéro double 16 et 17, avec douze textes originaux écrits par une manière d’auteur unique à douze têtes et à vingt-quatre mains, ce qui relève cette fois bien tout à fait de la science-fiction !

La seule contrainte donnée aux douze auteurs était « le temps », et vous découvrirez douze façons de la comprendre, de l’interpréter, et vous vous amuserez, peut-être, à essayer de retrouver sous le texte les traces des interventions des douze fois onze relecteurs…

Bonne lecture !

Hugo van Gaert

Sommaire