Editorial -

Géante Rouge N° 18

Géante rouge revient ! Géante rouge n’était d’ailleurs jamais vraiment parti, mais les abonnés, parfois, trouvaient le temps un peu long. Il faut dire que cette idée d’insérer dans la revue une compilation de morceaux de Roland wagner, si elle nous avait tout de suite séduits, nous a aussi posé un certain nombre de problèmes techniques. Et nous devons à la vérité d’avouer qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, ils ne sont pas encore tous résolus. Mais, paradoxe, à l’heure où vous lisez, vous, la solution a forcément été trouvée !

Ultérieurement, nous proposerons sans doute un abonnement complet. Et qui sait, le fanzine deviendra peut-être un jour revue !

Des questions ? Oui, l? -bas, au fond : est-il vrai que le rédacteur en chef de Galaxies va reprendre lui-même la direction du fanzine ? Absolument pas : c’est Hugo van Gaert qui va s’y coller. Comment ? Un pseudonyme ? pas du tout ! Vous n’avez jamais entendu parler du Dr Jekyll et de Mr Hide ? Que devient fredgev ? Fredgev a préparé ce numéro, puis s’est effacé devant son double à lui, qui écrit. Et les lecteurs de Géante rouge savent que ça justifie tous les éloignements, s’il nous donne d’aussi bonnes choses que celles qu’il a déjà données à la revue ! Autre chose ? S’il y aura des coquilles ? ben oui, c’est un fanzine, quoi ! Et puis il faut bien donner à penser aux pérégrins (la coquille … Vous avez saisi ? bon, on continue)

Géante Rouge

Géante rouge avait été créé (je redeviens sérieux, à partir d’ici. Comment ? Avant je ne l’étais pas ? Si, mais je veux dire encore plus… Et puis zut !). Quand Géante rouge avait été créé, donc, c’était en vue de préparer la convention de science-fiction de Bellaing 2006, certes, mais aussi de donner une tribune à de nouveaux auteurs, un banc d’essais, en quelque sorte. Cela a fonctionné comme cela, en effet, jusqu’à ce que Galaxies ne débarque dans l’existence paisible du fanzine… Or, Galaxies n’offre que peu de place, justement, aux nouveaux talents. Par nécessité, parce que la revue veut aussi explorer les SF du monde, et que ses lecteurs attendent aussi de retrouver des plumes connues.

Et le pauvre rédacteur en chef, tiraillé de tous côtés, se dit alors que le seul moyen, c’est de relancer un fanzine qui, il faut le dire, s’était un peu assoupi.

Géante rouge revient, donc, avec pour ambition de vous ouvrir des voies nouvelles, de vous faire découvrir des textes français de qualité, et aussi de servir de plate-forme à des concours ou à des expériences littéraires comme le Prix Pépin, chaque année, ou des aventures comme celle de Clavène, en 2006, ou de Lila, en 2007.

Ultérieurement, nous proposerons sans doute un abonnement complet. Et qui sait, le fanzine deviendra peut-être un jour revue !

En attendant, bonne lecture !

Hugo van Gaert